Route des Grandes Alpes…en sept épisodes

Episode 4 : Col de Vars et Barcelonnette.

On entre maintenant, en passant le col de Vars à 2 108 mètres d’altitude, dans les Alpes de Haute Provence laissant derrière nous les Hautes Alpes. Ouvert en 1890, il est la voie entre la vallée de l’Ubaye, le Queyras et l’Embrunais. Un peu plus bas, au nord, un refuge Napoléon y a été construit en 1855, il avait pour obligation d’être ouvert tout au long de l’année pour accueillir les voyageurs. La route, elle, construite en 1893 par l’armée sur l’initiative du Général Berge, commandant du 14e corps de Lyon, avait une dimension stratégique à ses débuts permettant de relier les différentes garnisons présentes dans les Alpes.

Nous aurons passé tous ces cols juste avant leur fermeture, puisque celui-ci aussi n’est ouvert que de Mai à Octobre. Toujours peu de monde, le plaisir d’un ciel totalement bleu, un vent légèrement frais mais n’empêchant en rien de se préparer à manger sur une table mise à disposition pour des « apprentis nomades ». Le soleil et le vent permettent de faire sécher la tente et les duvets, un petit camion peut parfois faire rêver, mais le confort est tout relatif. Une certaine vision de la Van Life, un mix de camping et le « luxe » du nomadisme dans plus ou moins 5m2.

La route maintenant va nous guider vers la petite ville de Barcelonnette dont l’histoire de sa réussite se doit d’être racontée rapidement ici. Située à 1 135 mètres d’altitude, au coeur de la vallée de l’Ubaye, elle fût fondée en 1231 par Raimond-Bérenger IV de Provence. Entre 1850 et 1930, certains habitants, aventuriers et négociants en textile, émigrent au Mexique pour chercher fortune, comme Alexandre Reynaud, fondateur à Mexico du magasin « Las Fabricas Universales ». A leur retour, ils se font construire des villas de différentes inspirations, un mélange de villas mexicaines, d’Art Déco, éclectisme architectural de cette fin de 19e siècle que l’on peut voir à Barcelonnette, mais aussi à Jausier, commune voisine.

On laisse là cette ville aux 300 jours de soleil par an pour continuer notre périple en direction du plus haut col d’Europe, celui de la Bonette à 2 715 m et ses paysages à couper le souffle… imposants, surprenants qui donnent l’impression d’être ailleurs.

(vous pouvez également retrouver l’épisode 1, épisode 2 et épisode 3 en cliquant sur les liens)

 

DJI_0042DJI_0033DJI_0038DJI_0030DJI_0029

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :