Une nuit sous le Carlit…

Une nuit sous le Carlit par temps d’orage, une tente montée juste à côté de l’Estany de Sobirans, de la grêle et un jeu entre éclairs, vent et tonnerre jusque tard dans la nuit en se demandant si la tente, une fois encore, va tenir le coup.

L’Estany de Sobirans se trouve à 2 320 m, c’est le dernier lac avant d’attaquer la montée vers le Carlit (2 921 m) dans le massif du même nom. Il est constitué des pics du Petit et  du Grand Péric, du pic des Camporeils et forcément du pic Carlit. Deux fleuves côtiers, la Têt et l’Aude, une rivière franco-espagnole, le Sègre et une rivière française, l’Ariège :  ces quatre cours d’eau prennent leur source sur le massif du Carlit. Deux lits d’anciens glaciers occupent le lit principal du glacier d’origine, l’un bifurque vers le rio Sègre, l’autre vers le bassin de l’Aude.

Ce massif composé d’une multitude d’étangs et de lacs devient un terrain de jeu magnifique pour des randonnées à la journée, pour des circuits de plusieurs nuits accessibles aux enfants. Le GR10, dans sa grande traversée, y passe ouvrant ainsi la porte vers la méditerranée.

Carlit-11Carlit-9Carlit-1Carlit-4Carlit-13Carlit-8Carlit-12Carlit-6Carlit-5

 

Massat… Ariège

Massat, (Maçat en occitan).

Sauvages et isolées, les vallées de Massat ont été peuplées tardivement à partir du XIe siècle, du fait d’une « colonisation » encouragée par les seigneurs qui luttent contre la surpopulation de leurs domaines. Plusieurs chartes de franchises préciseront les droits réciproques des habitants et des seigneurs à partir de 1146.

Comme dans pas mal de vallées de l’Ariège, l’activité économique est tournée vers la fabrication du charbon de bois et de la fonte du minerai de fer. Mais à partir de 1820, la découverte du moyen de fondre le fer avec le charbon de houille marque la fin de la prospérité de la vallée. C’est aussi le début de la « guerre des demoiselles », épisode qui se déroule en Ariège de 1829 à 1832 et qui se prolonge de façon moins intense jusqu’en 1872. Mouvement de contestation le plus connu des Pyrénées, il doit son nom au fait que les paysans se déguisaient en femme pour attaquer, la nuit, les grands propriétaires, les gardes forestiers et les gendarmes. Cette révolte est due au vote du 27 mai 1827 d’une nouvelle réglementation dans l’usage des forêts, qui prive les paysans de leurs moyens de subsistance (ramassage du bois, chasse, cueillette…)

Il ne reste au XIXe siècle qu’une activité essentiellement pastorale. Un fort exode rural est entamé et amplifié par la guerre de 14/18, la population passe de 17 000 habitants à   1 700 aujourd’hui. Cependant, les hippies dans les années 70 et les néo-ruraux aujourd’hui en quête d’une autre manière de vivre renversent lentement cette tendance. Une belle et grande école, des petites boutiques, des cafés, où les échanges l’emportent sur le consumérisme, font le charme de ce village au caractère bien trempé.

Et en plus, non loin de là, se cachent les étangs de Lers, le col d’Agnes et son point de vue magnifique…

Massat-Ariege-5Massat-Ariege-29Massat-Ariege-27Massat-Ariege-24Massat-Ariege-22Massat-Ariege-13Massat-Ariege-7Massat-Ariege-3Massat-Ariege-10Massat-Ariege-11Massat-Ariege-17Massat-Ariege-20Massat-Ariege-16Massat-Ariege-8Massat-Ariege-21

Plateau de Beille… Ariège

Plateau de Beille, le GR10 y passe dans sa traversée d’Est en Ouest (ou vice-versa), passage régulier du tour de France et de tous les amateurs de vélo, il est également une station de ski de fond. La route est belle pour y monter et c’est naturellement que notre petit camion blanc en a pris la route pour passer la nuit un peu plus bas, sur un petit plateau avec vue sur les différentes vallées afin de profiter du coucher de soleil et du brouillard montant en cette fin de journée de juillet.

Un endroit assez magique pour cuisiner et dîner au grand air.

Plateau-de-Beille-11Plateau-de-Beille-10Plateau-de-Beille-7Plateau-de-Beille-3Plateau-de-Beille-2Plateau-de-Beille-5Plateau-de-Beille-4

Cascade de Nérech…Ariège

Cascade de Nérech…. Ariège

Comment ne pas en parler ? Comment ne pas s’arrêter devant elle en montant vers le refuge LES ESTAGNOUS et le mont Valier tant son spectacle est magnifique. Assez simple d’accès en remontant de la maison du Valier, cette cascade d’une hauteur de 60 mètres lèche la roche ou s’élance dans le vide. Au-dessus, c’est une multitude de petites cascades qui partent des montagnes, une impression d’être totalement ailleurs.

J’ai lu quelque part qu’elle était difficile à photographier du fait de sa position par rapport au soleil tout au long de la journée. Cela m’a fait sourire et l’idée était plaisante d’essayer d’autres angles afin de la figer sur la pellicule de l’appareil photo.

Cas-ca-de-Nerech-ariègeCas-ca-de-Nerech-ariège-2Cas-ca-de-Nerech-ariège-4Cas-ca-de-Nerech-ariège-5Cas-ca-de-Nerech-ariège-7Cas-ca-de-Nerech-ariège-9Cas-ca-de-Nerech-ariège-1Cas-ca-de-Nerech-ariège-6

Coucher de soleil sous le mont Valier…

Situé dans les Pyrénées ariégeoises, en Couserans, à faible distance de la frontière espagnole, le mont Valier, du haut de ses 2 838 mètres, domine toute la vallée d’Angouls et son torrent.

Sommet le plus escarpé des hautes montagnes d’Ariège, son ascension réserve quelques belles surprises. En sortant du sous-bois, celle des trous souffleurs, rafraîchissante curiosité quand on s’approche de certains rochers et un peu plus loin celle de sa majestueuse cascade, cascade de Nérech.

Enfin, si le temps est favorable, celle de pouvoir assister, depuis le beau refuge de montagne les Estagnous, au coucher du soleil et à l’apparition d’une mer de nuages, couverture ouatée dont seuls émergent les sommets, admirable spectacle qui donne l’impression d’être encore plus haut.

Mont-Valier-18Mont-Valier-19Mont-Valier-20Mont-Valier-21Mont-Valier-22

Mont-Valier-13

Mont-Valier-17Mont-Valier-12Mont-Valier-1Mont-Valier-3Mont-Valier-11Mont-Valier-7Mont-Valier-26

Les mines de Bentaillou.

Pendant un siècle (1850-1950), le Biros est un pays de miniers, on y extrait du zinc et du plomb argentifère sur les sites de Bulard et du Bentaillou. On y accède par le GR10, c’est ainsi que j’ai découvert cet endroit par une journée brumeuse de novembre.

Impressionnantes constructions, vestiges industriels d’un autre temps accrochés à la montagne… et, depuis le petit hameau d’Eylie si paisible aujourd’hui, on pense à la vie de ces hommes travaillant à 1 900 m d’altitude, à la dureté du labeur, à la dangerosité des activités, au bruit assourdissant des machines.

L’aventure commence lorsque le Baron de Boisrouvray et le banquier Espeletta constituent en 1848 la première compagnie des mines. Il y aura de nombreux repreneurs. Vers 1900, un nouveau câble de transport aérien permet une évacuation plus rapide du minerai vers le bocard, machine hydrolique servant à broyer et à trier le minerai.

En 1907, la mine de Bentaillou emploie plus de 500 mineurs et la commune de Sentein compte deux écoles. En 1912, avec l’apparition de la perforation à l’air comprimé, la production s’élève à 600 000 tonnes de minerai brut. En 1913, la concession est reprise par la Société Française des Mines de Sentein (SFMS).

En 1926, le cours du zinc s’effondre entraînant avec lui la fermeture de la mine, les ouvriers partent travailler sur le barrage d’Araing jusqu’en 42. La mine ré-ouvre pour encore 14 années jusqu’à sa fermeture définitive en 1950.

Rachetée en 1995, l’usine devrait devenir un éco-musée consacré à la géologie et l’extraction minière. Cela permettrait de conserver cet important témoignage du patrimoine ariégeois.

De ces mines que l’on retrouve un peu partout dans les Pyrénées, il ne reste aujourd’hui que les ruines d’importants bâtiments caressés par les vents et la neige et des galeries abandonnées.

Il existe des tracés de chemins de randonnée qui nous permettent de les découvrir, d’en faire le tour tout en profitant de la beauté envoûtante de nos montagnes.

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-39

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-36

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-34

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-33

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-32

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-31

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-27

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-25

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-16

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-19

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-13

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-15

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-4

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-3

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-6

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou

Brocard-d-Eylie-mine-du-Bentaillou-22

Usine de Luzenac… Ariège

Usine de Talc de Luzenac.

Il a fort longtemps que je voulais m’arrêter aux abords de cette usine proche de la Nationale 20 qui mène vers le plateau de Cerdagne et l’Andorre.

Forcément le téléphérique et ses godets blancs retiennent le regard dans le vert de cette vallée de l’Ariège. La carrière de Trimouns (1 800 m) doit son nom occitan aux trois monts qui jadis s’élevaient autour du col où affleurait une roche douche et blanche… le Talc.

L’histoire commence il y fort longtemps puisque les hommes préhistoriques l’utilisaient déjà, que des figurines faites en talc furent trouvées sur le site du château Cathare de Montségur non loin de là. Les bergers, avant l’exploitation, rapportaient le talc pour ensuite le revendre chez les apothicaires, puis c’est au tour des mulets d’être utilisées pour redescendre le minerai jusqu’au village ( 15 km et 1 000 m de dénivelé) et cela jusqu’en 1860. Plus tard, en 1880, avec le développement de la papeterie en Ariège, débute l’ère industrielle pour Luzenac.

Fondée en 1905, la Société de Talc de Luzenac se dote d’un téléphérique pour descendre le minerai. Elle est la plus grosse carrière de Talc du monde et représente 8 % à 10 % de la production mondiale (450 000 tonnes de Talc). En 1988, elle devient la propriété du groupe anglo-australien Rio Tinto (faites une recherche sur Internet, l’histoire de Rio Tinto fait juste froid dans le dos). Elle appartient maintenant à la société Imerys Talc. Très impliquée dans le développement durable, cette société revégétalise et reboise les  surfaces après exploitation.

Le talc est une roche, la plus tendre de notre planète (silicate de magnésium hydraté). Le gisement de Trimouns s’est formé il y 300 millions d’années dans une faille comprise entre deux masses rocheuses, l’une composée principalement de micashistes, et l’autre de dolomies.

Dingue ce que l’on peut faire avec du talc : il est utilisé dans les cosmétiques, dans les plastiques, dans l’industrie automobile, le caoutchouc, l’agroalimentaire et la fabrication du papier.

Si vous souhaitez visiter la carrière, c’est possible de mi-mai à mi-octobre.

Luzenac-Emery-Talc-5Luzenac-Emery-Talc-7Luzenac-Emery-Talc-9Luzenac-Emery-Talc-11Luzenac-Emery-Talc-15Luzenac-Emery-Talc-20Luzenac-Emery-Talc-18Luzenac-Emery-Talc-21Luzenac-Emery-Talc-4Luzenac-Emery-Talc-3L1024548

Luzenac-Emery-Talc-24Luzenac-Emery-Talc-28Luzenac-Emery-Talc-39

Luzenac-Emery-Talc-29Luzenac-Emery-Talc-30Luzenac-Emery-Talc-32Luzenac-Emery-Talc-35Luzenac-Emery-Talc-36

%d blogueurs aiment cette page :