Palais de Tokyo…ON AIR

L’exposition ON AIR de Tomas Saraceno au palais de Tokyo est une petite merveille qui surprend le regard, pleine d’étonnements invitant les visiteurs dans un monde étrange où les araignées tissent des oeuvres d’art.

« L’exposition ON AIR se présente comme un écosystème en mouvement, accueillant une chorégraphie à plusieurs voix entre humains et non-humains, où les oeuvres révèlent les rythmes et trajectoires communs, fragiles, et éphémères qui unissent ces mondes. ON AIR se construit grâce à la multitude de ces présences, animées et inanimées, qui y cohabitent.

L’exposition est comme un ensemble, qui révèle la force des entités qui peuplent l’air et la manière avec laquelle elles nous affectent : du dioxyde de carbone (CO2) à la poussière cosmique, des infrastructures et fréquences radio à de nouveaux couloirs de mobilité aériens. Ces histoires invisibles, qui composent la nature dont nous faisons partie, nous invitent à repenser poétiquement notre manière d’habiter le monde – et à réévaluer notre manière d’être humain. »(communication Palais de Tokyo)

L1025633L1025610L1025608L1025600L1025603L1025602L1025637

Hommage aux Anciens…

 

Monuments aux morts ou cénotaphes (monuments mortuaires n’abritant aucun corps).

Erigés par les communes après la guerre en hommage à leurs morts, tantôt sobres, tantôt lyriques, souvent faits avec peu de moyens car la France est alors un pays détruit, ruiné. Les photographies montrent leur diversité, mais elles veulent surtout faire partager l’émotion qui surgit à la lecture des noms gravés sur ces lieux de mémoire.

Bercés par la sonorité des beaux prénoms anciens, on voit apparaître les visages de ces jeunes gens partis défendre leur patrie, les photos de nos arrière-grands-parents, mais très vite ces images nostalgiques font place à l’horreur, à la douleur des familles, aux gueules cassées, aux corps amputés… On pense aux premières pages du roman « Au revoir là-haut » ou au très bel album de Pef, « Zappe la guerre » (Ed. Rue du Monde), et à ces soldats qui sortent de leur monument aux morts, découvrent la télévision… et, qui, à la vue des images des guerres actuelles se demandent le bien-fondé de leur sacrifice.

On se prend à rêver alors que tous les monuments aux morts sont des monuments pacifistes, tel celui du village de Gentioux-Pigerolles dans la Creuse, dont le maire, instituteur, revenu pacifiste de la guerre, avait fait graver au bas des noms : « Maudite soit la guerre »

Monument-au-mort-a-cote-de-Yport-2Monument-au-mort-Fecamp-Monument au mort Serverette 2Monument aux morts Lagrasse 1Monument aux morts Le PeyratMonumet aux morts Fayet 2

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L1025126L1025117-1

 

 

La rigole…

Eyne, au-dessus de ce petit village des Pyrénées-Orientales, en remontant vers la vallée, il y a cette petite rigole qui, à flan de montagne détourne et collecte les eaux, épouse et joue avec les contours. Je n’ai jamais compris pourquoi j’avais cette attirance pour ce lieu, elle n’a rien d’exceptionnel, un mélange de zinc ou d’aluminium très très loin de la beauté des constructions en pierre. Pourtant elle est là, un chemin étroit en terre battue qui la longe. L’hiver elle n’est que glace, l’été son flux continu laisse une musique douce aux oreilles comme une caresse.

Peut-être que j’aime y aller, y flâner parce que sans cesse la lumière y change sur ses surfaces réfléchissantes, que la photographie y devient poétique, que les formes obtenues invitent à la suggestion tant optique que pariétale, que l’on frise la question de l’éphémère et du temps et que la photographie prend tout son sens dans ses qualités et ses capacités à introduire d’autres réels. Incorporer, disséminer, laisser l’image raconter d’autres histoires…

Rigole-d-eyne-8

Rigole-d-eyne-14

Rigole-d-eyne-13

Rigole-d-eyne-18

Rigole-d-eyne-20

Rigole-d-eyne-4

Rigole-d-eyne-1

Rigole-d-eyne-3

Rigole-d-eyne-2

Rigole-d-eyne-5

Route des Grandes Alpes…en sept épisodes

Episode 3 : St VERAN

Commune des hautes Alpes de 290 habitants dans le Parc Naturel Régional du Queyras, le centre du village (église) est situé à 2042 m d’altitude ce qui qualifie Saint-Véran de plus haute commune d’Europe, également la plus haute où l’on mangeait le pain confectionné avec des céréales cultivées dans les champs alentours, « Lou Plus haouts coumunoutas inte se mangeu lou pan de Diou » peut-on lire sur le cadran solaire qui se trouve sur le mur de l’église mais en 1957 des inondations détruisent les canalisations alimentant les moulins entraînant la fin de cette production céréalière d’altitude.  Le four à pain communal, que l’on peut visiter, témoigne de ces temps où à tour de rôle les habitants se relayaient afin de produire leur pain pour les froides périodes d’hivers.

Les cadrans solaires, également, font partie de ces découvertes visuelles, nombreux dans le Queyras, ils ornent certaines façades, lever le nez, regarder, observer suffit à les trouver (400 dans les hautes Alpes et plus de 70 dans le Queyras, pour l’essentiel oeuvres du XIXe par l’italien Giovanni Francesco Zarbula).

Dans la rue principale, il est bon de se perdre dans l’histoire des mines de cuivre qui, en amont du village ont été en activité de la fin du XIXe jusque dans les années 50 et dont certaines traces laissent à penser que déjà les Romains, sous Antonin Le Pieux (138 à 161 après JC) en connaissaient l’existence, une exploitation difficile et une histoire identique aux mines de Bentalliou dans les Pyrénées sur lequel nous avions déjà écrit un petit article et que je vous invite à lire.

st Veranst Veran

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plaisir intense que de visiter ce village en cette période, les mélèzes aux couleurs dorées, la rougeur des arbousiers, le jaune des feuilles de bouleaux, la chaleur de l’architecture d’altitude, la beauté des toits de lauze et toujours très peu de monde en cette période automnale pour notre plus grand bonheur.

Saint-Véran accroché à ses montagnes, au pays des marmottes et des chamois est une perle à ne pas rater…

Mais il est temps de reprendre la route dans notre petit camion, celle des Combes du Queyras sur la D902, rejoindre le col de Vars pour s’y offrir un déjeuner au soleil, d’embrayer sur le chapitre suivant…et cette avancé vers la Méditerranée.

(vous pouvez également retrouver l’épisode 1épisode 2 et épisode 4 en cliquant sur les liens)

St VeranSt VeranSt VeranSt VeranSt Veran

 

 

L’âge de nos fils …

Anneau de la mémoire, le mémorial de Notre-Dame-De-Lorette, conçu par l’architecte Philippe Prost et l’historien Yves Le Maner, consiste en un anneau d’un périmètre de 345 m, pesant 300 tonnes, présentant en sa face intérieure 500 panneaux dorés (dont 499 gravés) d’environ 3 mètres de haut (trois mètres rappelant le déluge d’obus du conflit) sur lesquels sont inscrits les noms des soldats par ordre alphabétique, sans distinction de nationalité, de grade ou de religion. Les noms sont inscrits avec des caractères de 12 millimètres de hauteur. Le premier de la liste est « A Tet », un Népalais de l’armée britannique, la dernière inscription mentionne « Zschiesche Paul », un Allemand.

La liste des noms de 579 606 tués sur les 90 kilomètres de front du Nord-Pas-De-Calais entre 1914 et 1918, représentant 40 nationalités, a été dressée à partir des données fournies par chaque nation, principalement grâce aux archives française, britannique et allemande…

Une partie du monument a été édifiée en porte-à-faux au-dessus du vide comme pour rappeler la fragilité de la paix…

Il ne célèbre pas les vainqueurs de la guerre mais évoque la souffrance de tous les combattants. D’un seul regard, on a l’incarnation de la mort de masse.

9,5 millions

Le bilan humain du conflit s’élève à 9,5 millions de morts ou disparus dont 1,4 million de Français, 2 millions d’Allemands et 1,8 million de Russes. Parmi les grandes puissances, c’est proportionnellement la France qui est le pays le plus touché avec la mort de près d’un soldat sur cinq. La Serbie détient cependant le record avec près de 40% de son armée décimée. Selon l’historien Antoine Prost, il manque 1 million de morts non comptabilisés par les différentes armées : les prisonniers morts en détention, les soldats décédés des suites de leurs blessures après leur démobilisation ou encore ceux victimes de maladie. (1)

300.000

On compte environ 300 000 «gueules cassées» en Europe dont 15 000 en France. Ces blessés de la face et les mutilés deviendront les symboles d’une guerre particulièrement destructrice. (2)

Et dire qu’ils avaient l’âge de mon fils…

L1021611

 

L1021631L1021649L1021658L1021653L1021650L1021656L1021657L1021625L1021655L1021634L1021645

(1&2) http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/11/11/26002-20141111ARTFIG00038-la-premiere-guerre-mondiale-en-10-chiffres.php

La route des châteaux Cathares…

Il y a bien sûr les cinq fils de Carcassonne : Aguilar, Peyrepertuse, Puilaurens, Quéribus et Termes, tous situés dans l’Aude. Ils furent une ligne de défense face au royaume d’Aragon, puis d’Espagne. Après la croisade des Albigeois, ces cinq forteresses furent renforcées pour asseoir le pouvoir royal du roi jusqu’au traité des Pyrénées en 1659. Mais il y a aussi tous les autres, tous ces châteaux Cathares que l’on peut découvrir entre l’Aude, les Corbières et l’Ariège, des châteaux accrochés aux contreforts des collines, des montagnes, perdus dans la végétation, plus ou moins restaurés, entretenus quoiqu’il en soit… Leurs histoires sont pleines de sang, de douleurs, de cris, mais également d’espoirs et de spiritualité…

IMG_20180417_194003IMG_20180417_200344IMG_20180417_201503
Le voyage débute à Mazamet dans le Tarn, sur les contreforts de la montagne noire, on y trouve le musée du catharisme et cette route des usines qui monte vers Pradelles-Cabardès et le Pic de Nore. La nature est sublime, la vue également et si on dort au Pic, le lever de soleil est à ne pas rater. Plusieurs routes permettent d’y accéder et honnêtement elles sont toutes aussi belles.

IMG_20180422_191807IMG_20180421_184244IMG_20180421_194156IMG_20180419_205906
Cette fois notre road trip nous emmènera sur ces petites routes qui naviguent d’un château à l’autre. Mais les thématiques photographiques porteront sur les écoles, les boutiques qui meurent doucement dans nos villes et villages, sans oublier les aubettes. Point de photos de châteaux, on en trouve foison sur les sites internet.
Le petit camion blanc prendra les petites routes de l’Aude, remontera vers l’ouest  en partant de Minerve vers Lastour, Saissac et son château, le village de Montolieu connu pour être le village du livre puis filera vers le château de Terme, prendra les toutes petites routes aux croisement acrobatiques pour rejoindre les châteaux de Peyrepertuse et Quéribus, fera un crochet pour prendre la route des gorges de Galamus à ne rater sous aucun prétexte, car elles sont sublimes.

IMG_20180416_084855IMG_20180416_185008IMG_20180420_165522IMG_20180417_084629
Il faudra continuer sur la nationale beaucoup moins agréable et dormir au pied du château de Puilaurens pour une visite matinale. Se diriger ensuite vers Quillan et Comus, petit village à l’entrée des gorges de la Frau, puis s’engager dans une route forestière qui se trouve au-dessus afin d’y dormir en surplombant cette fracture dans la montagne. Point de chute : le mythique château de Montségur et son village plein de charme.
15 jours de balades, de découvertes, de plaisir à dormir très souvent sous la garde de ces citadelles du ciel.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à nous contacter.

Massat… Ariège

Massat, (Maçat en occitan).

Sauvages et isolées, les vallées de Massat ont été peuplées tardivement à partir du XIe siècle, du fait d’une « colonisation » encouragée par les seigneurs qui luttent contre la surpopulation de leurs domaines. Plusieurs chartes de franchises préciseront les droits réciproques des habitants et des seigneurs à partir de 1146.

Comme dans pas mal de vallées de l’Ariège, l’activité économique est tournée vers la fabrication du charbon de bois et de la fonte du minerai de fer. Mais à partir de 1820, la découverte du moyen de fondre le fer avec le charbon de houille marque la fin de la prospérité de la vallée. C’est aussi le début de la « guerre des demoiselles », épisode qui se déroule en Ariège de 1829 à 1832 et qui se prolonge de façon moins intense jusqu’en 1872. Mouvement de contestation le plus connu des Pyrénées, il doit son nom au fait que les paysans se déguisaient en femme pour attaquer, la nuit, les grands propriétaires, les gardes forestiers et les gendarmes. Cette révolte est due au vote du 27 mai 1827 d’une nouvelle réglementation dans l’usage des forêts, qui prive les paysans de leurs moyens de subsistance (ramassage du bois, chasse, cueillette…)

Il ne reste au XIXe siècle qu’une activité essentiellement pastorale. Un fort exode rural est entamé et amplifié par la guerre de 14/18, la population passe de 17 000 habitants à   1 700 aujourd’hui. Cependant, les hippies dans les années 70 et les néo-ruraux aujourd’hui en quête d’une autre manière de vivre renversent lentement cette tendance. Une belle et grande école, des petites boutiques, des cafés, où les échanges l’emportent sur le consumérisme, font le charme de ce village au caractère bien trempé.

Et en plus, non loin de là, se cachent les étangs de Lers, le col d’Agnes et son point de vue magnifique…

Massat-Ariege-5Massat-Ariege-29Massat-Ariege-27Massat-Ariege-24Massat-Ariege-22Massat-Ariege-13Massat-Ariege-7Massat-Ariege-3Massat-Ariege-10Massat-Ariege-11Massat-Ariege-17Massat-Ariege-20Massat-Ariege-16Massat-Ariege-8Massat-Ariege-21

%d blogueurs aiment cette page :