Plateau de Beille…Ariège

Difficile de résister, difficile car je ne me lasse pas de cet endroit, de la beauté du site, d’y passer la nuit et d’attendre ce coucher de soleil, qui tous les soirs, offre un moment inattendu et sans cesse différent, alors tant pis je prends le risque de faire des photos qui tiennent de la carte postale…peu importe, je trouve cela beau !

coucher de soleil sur le plateau de Beille, vallée d'Ax les thermes, au dessus des cabanes, photographie de coucher de soleil, coucher de soleil sur le plateau de Beille, coucher de soleil en ariege

photo de coucher de soleil sur le plateau de Beille, vallée d'Ax les thermes, au dessus des cabanes, photographie de coucher de soleil,  photographie coucher de soleil sur le plateau de Beille, coucher de soleil en ariege

photo de coucher de soleil sur le plateau de Beille, vallée d'Ax les thermes, au dessus des cabanes, photographie de coucher de soleil,  photographie coucher de soleil sur le plateau de Beille, coucher de soleil en ariege

photo de coucher de soleil sur le plateau de Beille, vallée d'Ax les thermes, au dessus des cabanes, photographie de coucher de soleil, photographie coucher de soleil sur le plateau de Beille, coucher de soleil en ariege

photo de coucher de soleil sur le plateau de Beille, vallée d'Ax les thermes, au dessus des cabanes, photographie de coucher de soleil, photographie coucher de soleil sur le plateau de Beille, coucher de soleil en ariege

Conques en Rouergue…

Abbatiale Sainte-Foy de Conques, vitraux de Pierre Soulages, lieu de passage sur le chemin menant les pèlerins jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle, cet endroit laisse rêveur et c’est sous une pluie battante que nous y sommes revenus pour faire les photos des vitraux. Je ne sais pas quelle peut-être la meilleure lumière pour imprimer sur le papier l’émotion qui se dégage de ce lieux, et finalement je me demande si comme souvent, ce n’est pas justement sous ces cieux sans soleil que toute la magie de l’image prend son sens. Tout est sombre et envoûtant, le moindre détail de lumière laisse deviner, par petites touches, l’architecture qui s’expose, qui se laisse deviner, l’ambiance est plombante mais en même temps pleine de douceur, de beauté, très certainement  liée à cette spiritualité recherchée. Les vitraux, dans leur jeu de modernité, de rythme apportent quelque chose d’encore plus magique dans la pénombre de cette journée sans ciel.

F.L

Conques-4Conques-3Conques-en-Rouergue-

conques

Conques-en-Rouergue-2

Le mobilier d’architectes…

Cité de l’architecture en ce moment et cela jusqu’au 30 septembre 2019, l’exposition « le mobilier d’architectes » vous invite dans une balade au travers du musée à la découverte de ces réalisations où le design s’intègre dans notre quotidien, des arts décoratifs à  l’architecture.

Sottsass, Castiglioni, Zaha Hadid, Greg Lynn, Colombo etc…un véritable voyage entre moulages de monuments baroques et maquettes d’architectes, une exposition où l’ancien joue avec le moderne dans une cohérence naturelle…en cinq actes.

IMG_20190529_121059

IMG_20190529_130047

IMG_20190529_124615

IMG_20190529_124457

IMG_20190529_122101

IMG_20190529_121045

Un bord de mer…

Juste quelques photos d’un bord de mer où la lumière s’amuse avec les formes et les reflets. Sur la boite de diapositives, il est noté novembre 1997 et tout à coup tout revient, l’endroit, la plage, l’appareil photo avec lequel elles ont été prises, pourquoi j’étais là, tout revient en mémoire et j’adore ces petites découvertes que j’avais oubliées.

detail-de-roche-bretagne-97frederic-lacoste-detail-de-roche-bretagne-94frederic-lacoste-detail-de-roche-bretagne-91frederic-lacoste-Bord-de-mer90frederic-lacoste-bord-de-mer-bretagne-100frederic-lacoste-detail-de-roche-bretagne-92frederic-lacoste-

Et si le ciel était jaune…

Parfois, sur le plateau de Cerdagne, le soir, le soleil aime jouer avec le jaune pour le plus grand plaisir des yeux. S’il existe un endroit où les couchers de soleil frisent la peinture c’est bien ici, mais peut-être aussi, que je les regarde différemment parce que c’est un peu chez moi….

Cerdagne-138frederic-lacoste-Cerdagne-137frederic-lacoste-cerdagne-139frederic-lacoste-

 

Hommage aux Anciens…

 

Monuments aux morts ou cénotaphes (monuments mortuaires n’abritant aucun corps).

Erigés par les communes après la guerre en hommage à leurs morts, tantôt sobres, tantôt lyriques, souvent faits avec peu de moyens car la France est alors un pays détruit, ruiné. Les photographies montrent leur diversité, mais elles veulent surtout faire partager l’émotion qui surgit à la lecture des noms gravés sur ces lieux de mémoire.

Bercés par la sonorité des beaux prénoms anciens, on voit apparaître les visages de ces jeunes gens partis défendre leur patrie, les photos de nos arrière-grands-parents, mais très vite ces images nostalgiques font place à l’horreur, à la douleur des familles, aux gueules cassées, aux corps amputés… On pense aux premières pages du roman « Au revoir là-haut » ou au très bel album de Pef, « Zappe la guerre » (Ed. Rue du Monde), et à ces soldats qui sortent de leur monument aux morts, découvrent la télévision… et, qui, à la vue des images des guerres actuelles se demandent le bien-fondé de leur sacrifice.

On se prend à rêver alors que tous les monuments aux morts sont des monuments pacifistes, tel celui du village de Gentioux-Pigerolles dans la Creuse, dont le maire, instituteur, revenu pacifiste de la guerre, avait fait graver au bas des noms : « Maudite soit la guerre »

Monument-au-mort-a-cote-de-Yport-2Monument-au-mort-Fecamp-Monument au mort Serverette 2Monument aux morts Lagrasse 1Monument aux morts Le PeyratMonumet aux morts Fayet 2

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L1025126L1025117-1

 

 

La rigole…

Eyne, au-dessus de ce petit village des Pyrénées-Orientales, en remontant vers la vallée, il y a cette petite rigole qui, à flan de montagne détourne et collecte les eaux, épouse et joue avec les contours. Je n’ai jamais compris pourquoi j’avais cette attirance pour ce lieu, elle n’a rien d’exceptionnel, un mélange de zinc ou d’aluminium très très loin de la beauté des constructions en pierre. Pourtant elle est là, un chemin étroit en terre battue qui la longe. L’hiver elle n’est que glace, l’été son flux continu laisse une musique douce aux oreilles comme une caresse.

Peut-être que j’aime y aller, y flâner parce que sans cesse la lumière y change sur ses surfaces réfléchissantes, que la photographie y devient poétique, que les formes obtenues invitent à la suggestion tant optique que pariétale, que l’on frise la question de l’éphémère et du temps et que la photographie prend tout son sens dans ses qualités et ses capacités à introduire d’autres réels. Incorporer, disséminer, laisser l’image raconter d’autres histoires…

Photo de la rigole d'Eyne

 

photo de la rigole d'Eyne

Photo de la rigole d'Eyne

 

photo de la rigole d'Eyne

Photo de la rigole d'Eyne

 

Photo de la rigole d'eau d'Eyne

Photo de la rigole d'Eyne

%d blogueurs aiment cette page :